Les oies savent où elles vont, et nous ?

Beaucoup a été dit sur cette ébullition qui nous a fait paraitre l’hiver si doux et le printemps si précoce. Mais c’était sans compter sur les casseux de party. Bien sûr, comparer toute cette effervescence avec le printemps arabe n’a pas été l’idée du siècle, mais on comprenait l’idée : c’est temps que ça change ! La dernière fois que ce slogan a été utilisé, ceux qui le proclamaient nous promettaient la gratuité scolaire jusqu’à la fin de l’université. Oh ironie !

Puis quelque chose s’est brisé. On a tiré sur les messagers. Certes, ce n’était pas des vraies balles; elles étaient en plastique. Semble-t-il qu’elles visaient les casseurs. Ce sont d’autres cibles qu’elles auront atteintes. L’élan était pourtant si beau.

Pour paraphraser Lise Payette, «rangez-vous du côté de vos rêves, ils savent où ils vont».

 

This entry was posted in Société and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to Les oies savent où elles vont, et nous ?

  1. Pingback: michellemonette.net » Blog Archive » Les oies savent où elles vont, et nous ? | lacapitaleblogue.com

Comments are closed.